Science-Religion Bruno ALEXANDRE Dieu - Le Mal - La Morale
Science-Religion Bruno ALEXANDRE Dieu - Le Mal - La Morale

 

FRATERNITE CATHOLIQUE *

 

 

La charge fut immédiate,

criblés de coups de baïonnettes

par mes hommes et moi-même,

trois uhlans gisaient inanimés.

 

L'un d'eux vivait encore

la poitrine percée en trois endroits

auréolés de rouge

incrusté dans un triste uniforme gris.

 

Il se mit à balbutier:

"pollac cattolic" – polonais catholique –

et avec l'énergie de ses dernières forces

il tenta de sortir de sa poche

un chapelet et l'image de la Vierge.

 

Devant ces gestes de mourant

ma haine disparut.

De pitié, je lui pris les mains

et lui avouai:

je suis aussi catholique.

 

Je voulus adoucir ses derniers instants

en récitant avec lui une dizaine.

Il embrassa son chapelet, me le tendit,

je l'embrassai à mon tour.

Il me parut alors heureux.

 

Je rejoignis mes hommes,

bouleversé et ému,

devant ce regard inoubliable

d'yeux mourants et reconnaissants.

 

A mon retour je fus saisi

par cette "magnifique beauté masculine"

étendue sur le dos,

mine sereine de marbre.

 

Ô mon frère,

authentique pitié catholique,

celle qui par chapelet interposé

te valut le charitable baiser de la mort!

 

* D'après un témoignage rapporté dans La guerre allemande et le catholicisme,

Bloud et Gay, 1915.

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Science et Religion B. ALEXANDRE